Mise en service et exploitation d’une usine-pilote pour la biolixiviation indirecte sur place du sulfure de cuivre (Pilot plant commissioning and operations for copper sulfide in situ indirect bioleaching) (en anglais seulement)

Auteur(s) : H. Galvez, D. Kwak, J. Slabbert, W. Zaalberg, B. Ineiche, T. Zhang et S. Damhuis
Conférence Extraction 2018, 26 au 29 août 2018, Ottawa, Ontario (Canada)

Résumé

Le projet « BIOMOre » vise à prouver la faisabilité technique de la biolixiviation indirecte sur place de minéraux sulfureux contenus dans des gisements souterrains profonds en regroupant les disciplines nécessaires pour y parvenir. L’emplacement souterrain en Pologne est celui de KGHM, partenaire du projet, et se situe dans une mine de cuivre en exploitation. Les principaux éléments de ce projet étaient la conception et la construction d’une usine-pilote ainsi que son exploitation dans un environnement souterrain. Le projet prévoyait également l’installation d’un bioréacteur d’une capacité d’environ 250 tonnes (100 m3) de roches fragmentées relié hydrauliquement à l’usine-pilote. L’usine-pilote comprenait plusieurs réservoirs et pompes, un bioréacteur en lit fluidisé générateur de fer ferrique contenant de la biomasse acidophile ferro-oxydante immobilisée, ainsi que l’ensemble de l’appareillage et des services essentiels requis. Avant de pouvoir entreprendre la phase 16 de biolixiviation, il a fallu purger le bioréacteur en continu, d’abord avec de l’eau pour éliminer les sels chlorés, qui sont corrosifs et nocifs pour les bactéries utilisées dans le bioréacteur, puis à l’aide d’une solution d’acide sulfurique qui réagirait avec les carbonates présents dans la gangue du minerai. Cet article résume la conception, la construction, la mise en service et l’exploitation de l’usine-pilote.