Purification du graphite naturel par un procédé de chloration dans un réacteur à lit fluidisé (Natural graphite purification through chlorination in fluidized bed reactor) (en anglais seulement)

Auteur(s) : G. Bowes et K. Adham
Conférence Extraction 2018, 26 au 29 août 2018 • Ottawa, Ontario (Canada)

Pour être utilisé dans de nombreuses applications existantes et émergentes, le graphite naturel doit atteindre une teneur en carbone de plus de 99,9 % et présenter un minimum d’impuretés métalliques à la suite du procédé de purification. Le procédé actuel utilise de l’acide fluorhydrique, ce qui entraîne certaines répercussions sur l’environnement ainsi que sur la santé et la sécurité des travailleurs. Bien que la purification thermique du graphite à des températures supérieures à 2 500 °C constitue une autre solution, la construction et l’exploitation des fours à haute température sont onéreuses. L’utilisation du chlore à des températures plus basses pour purifier le graphite est également un processus connu et breveté. Toutefois, il se limite actuellement au traitement de petites quantités de formes solides de graphite synthétique dans des fours discontinus. La chloration des ressources naturelles de graphite lamellaire peut être effectuée à l’échelle commerciale si le procédé est amélioré de façon à résoudre certaines difficultés grâce à l’utilisation de la technologie de réacteur à lit fluidisé.