Façonner l’avenir de la gestion des résidus miniers : les solutions novatrices qui nous aident à exercer nos activités de façon plus durable

Par Rafael Dávila | 25 novembre 2019

Chaque année, les activités minières génèrent d’importants volumes de déchets, y compris des résidus miniers. Selon les responsables du « Mining, Minerals, and Sustainable Development Project » (MMSD) de l’International Institute for Environment and Development (IIED), il existe environ 3 500 haldes de stériles actives à l’échelle mondiale, qui comprennent des dépôts de stériles et des bassins d’accumulation de résidus. La production mondiale estimative de déchets issus de la production primaire de métaux et de minéraux s’élève à plus de 100 milliards de tonnes par année et connaît une croissance exponentielle en raison de la teneur toujours plus faible du minerai.

Pour mettre cette taille en perspective, un milliard de tonnes d’eau remplirait 400 000 piscines olympiques. Imaginez le nombre de piscines que 100 milliards de tonnes de déchets miniers pourraient remplir! Comme l’eau d’une piscine, les déchets produits par les installations de traitement des métaux et des minéraux doivent être contenus. La façon dont l’industrie minière gère ses résidus est d’une importance cruciale pour la production sécuritaire et durable des métaux et des minéraux du monde, ainsi que pour l’état de notre planète dans son ensemble.

En tant qu’entreprise citoyenne responsable, nous devons veiller à agir avec transparence : à mobiliser les principaux intervenants au sein des communautés dans lesquelles nous travaillons, à comprendre leurs préoccupations et à protéger leurs citoyens, leurs terres et leurs moyens de subsistance. Il est essentiel d’informer les communautés des technologies utilisées pour assurer la sécurité des installations, tout au long de l’exploitation et après la fermeture, et de les mobiliser dès le début du processus en vue de gagner leur confiance et de les encourager à participer activement.

Que sont les résidus miniers?

Les résidus miniers sont un sous-produit souvent généré par l’extraction de minéraux et de métaux précieux. À leur sortie de l’usine, ils prennent généralement la forme d’une boue liquide faite de fines particules minérales, qui se forme au fur et à mesure que le minerai est concassé, broyé et traité. Les résidus miniers sont stockés dans des bassins, dont certains s’étendent sur des centaines d’hectares.

Depuis la publication des résultats initiaux du MMSD en 2002, l’industrie des métaux et des minéraux subit d’énormes pressions pour améliorer son rendement social, environnemental et en matière de développement. Dans son livre Waste publié en 2011, Geoffrey Blight considère que les déchets miniers et leur entreposage écoresponsable constituent le plus grand problème de déchets à l’échelle planétaire. Notre production de déchets miniers, déchets qui s’accumulent depuis des millénaires, s’accélère au rythme de la croissance démographique. Heureusement, la technologie évolue pour offrir des solutions novatrices qui nous aident à suivre la cadence.

Il existe de nouvelles façons de gérer le stockage des résidus, comme le confinement des boues et le stockage des résidus asséchés. Il est essentiel de déterminer la méthode de stockage des résidus la plus appropriée pour garantir une exploitation sécuritaire et durable. De nombreux facteurs doivent être pris en compte dès le départ, notamment la topographie locale, les quantités de précipitations, l’activité sismique, le type de minerai extrait et la proximité des zones densément peuplées. Il n’existe pas de solution universelle – chaque parc à résidus miniers est unique parce que les résidus produits ne sont jamais identiques d’un endroit à l’autre.

D’abord et avant tout, les installations de gestion des résidus miniers doivent être conçues et gérées dès le départ en tenant compte de leur fermeture et des agrandissements possibles. Ces installations doivent demeurer en service longtemps après la fermeture de la mine et la fin de la production de minerai, et survivre à tout changement environnemental. Toutefois, elles doivent également être construites de manière à permettre une réouverture si la durée de vie de la mine est prolongée. Il faut faire preuve de pensée critique à long terme. La prolongation de la durée de vie du complexe minier peut aider à couvrir le coût de sa fermeture. Et comme des centaines de mines devraient fermer au cours des prochaines années, une hausse de la demande est imminente pour ce genre d’expertise.

Les minières qui cherchent à mettre en place de nouveaux systèmes de gestion des résidus ou à reconstruire leurs systèmes existants doivent tenir compte de facteurs en concurrence comme les coûts, l’environnement, la sécurité et la viabilité technique. L’eau de procédé confinée et l’augmentation des espaces artificialisés requises par les systèmes de gestion des résidus nous poussent à trouver des solutions plus évoluées. Ces nouvelles technologies offrent des avantages considérables pour la durabilité environnementale et la sécurité des travailleurs et des communautés. Elles sont conçues pour maximiser la récupération des eaux et réduire au minimum l’empreinte environnementale.

La gestion des déchets miniers demeure un enjeu de premier plan pour la gestion de l’eau (écoulement et qualité) sur les sites miniers. La technologie d’assèchement des résidus est apparue sous plusieurs formes au cours des dernières décennies comme une option prometteuse pour atténuer ce problème. L’assèchement produit des résidus à teneur élevée en matières solides (avec une consistance allant d’une boue ultra-épaisse à un gâteau de filtration) qui sont empilés à un site de stockage de résidus asséchés. Le processus de traitement des résidus filtrés réduit le volume d’eau et améliore la stabilité du parc à résidus.

Les solutions d’assèchement des résidus comptent parmi les meilleures techniques offertes dans l’industrie. Cela dit, ce n’est pas une solution universelle. Les facteurs comme la production d’acide sont également déterminants pour choisir la bonne solution. Ils peuvent créer un changement de paradigme : des substances perçues aujourd’hui comme des déchets miniers inutiles pourraient être éventuellement réutilisées avec une valeur ajoutée. Comme les déchets miniers pourraient être recyclés en ressources viables, ils pourraient nous amener à les considérer comme un atout supplémentaire des ressources à minerai pauvre et difficiles à atteindre.

Dans son rapport de suivi du projet MMSD, publié en 2012, l’IIED constate des progrès par rapport aux résultats initiaux. Des progrès techniques ont été réalisés sur le plan de la toxicité de l’eau et des métaux résiduels, et des règlements ont été adoptés à cet effet. Le Conseil international des mines et métaux (CIMM) dispose maintenant d’une trousse d’outils pour aider à planifier la fermeture d’une mine – ainsi que d’exemples de pratiques exemplaires. Mais surtout, les organisations mondiales travaillent ensemble pour trouver des solutions. Le CIMM, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et la société Principles for Responsible Investment ont conjointement organisé un examen mondial de la gestion des résidus miniers afin d’établir une norme internationale. Cet engagement commun envers l’adoption des meilleures pratiques mondiales en matière de parcs à résidus miniers constitue un pas en avant qui va au-delà des lignes directrices nationales. L’examen mondial de la gestion des résidus miniers évaluera les bonnes pratiques actuellement suivies dans l’industrie minière et d’autres secteurs, ainsi que les données recueillies et les leçons tirées des défaillances catastrophiques.

En tant que l’un des plus importants producteurs de déchets au monde, il nous incombe, en tant qu’industrie, de collaborer pour trouver de nouvelles façons d’exercer nos activités de façon plus durable. La technologie nous donne les outils; nous devons mettre la main à la pâte et déterminer les meilleures solutions pour chaque environnement. En travaillant avec nos clients, nous devons nous concentrer sur la stabilité à tous les points de vue – minéralurgique, géotechnique, hydrotechnique et géochimique – pour déterminer la meilleure combinaison d’outils pour relever leurs défis particuliers dans leurs installations uniques. En proposant une solution globale et intégrée, nous pouvons atténuer les problèmes liés à la gestion des résidus miniers.

Pour en savoir plus sur les pratiques mondiales de gestion des résidus miniers et des stériles de Hatch, cliquez ici.