Train léger sur rail intégré, logiciel de simulation et avenir du transport urbain

Par Eric Cone | 22 août 2018

Le train léger sur rail (SLR) est une excellente façon de déplacer un grand nombre de passagers autour d’une ville et de les relier aux endroits où ils vivent, travaillent et s’amusent. Il est écologique, rapide, efficace et beaucoup plus abordable que les solutions de rechange comme les métros. Lorsqu’il est correctement mis en œuvre, le train léger sur rail peut vraiment compléter un réseau de transport collectif et façonner la croissance et le développement d’une région.

Les systèmes de train léger sur rail soutiennent et stimulent la croissance. S’ils sont bien mis en œuvre, ils peuvent servir d’outil pour façonner la croissance et orienter le développement d’une ville. Nous avons constaté que cela s’est produit efficacement avec la région de Waterloo, un de nos clients avant-gardistes avec qui nous avons travaillé pour élaborer des plans et des stratégies en lien avec ces concepts de manière anticipée.

Dans la région de Waterloo, l’objectif était de limiter l’étalement urbain et de concentrer le développement le long du corridor de transport en commun central de la région. Même si le projet de train léger sur rail est encore à quelques mois de l’ouverture, la région a déjà consacré plus de 2 milliards de dollars canadiens à de nouveaux aménagements dans les quartiers du centre-ville. Par conséquent, ces investissements ont eu pour effet de dissiper l’incertitude du public et de faire place à l’enthousiasme et à la prise de parole en faveur du projet, car les gens et les entreprises reconnaissent les effets positifs du projet sur la ville.

Nous croyons pouvoir reproduire ailleurs le résultat de Waterloo. Selon les Nations Unies, d’ici 2050, 66 % de la population mondiale vivra dans les villes. Nous devons donc nous concentrer sur la planification et le développement adéquats du transport collectif, et commencer maintenant. Cela nécessitera des évaluations plus détaillées et plus précises des conditions actuelles et des besoins et objectifs futurs si nous voulons concevoir le bon type de transport en commun pour permettre aux gens de se déplacer de façon sécuritaire, rentable et pratique.

Heureusement, la planification du SLR profite maintenant de certains outils numériques fantastiques qui nous permettent de simuler des situations et de mettre à l’essai des stratégies et des solutions. En créant différents scénarios de corridors, d’intersections et de stations, et en introduisant de nombreuses variables, circonstances ou possibilités, nous pouvons prédire comment les concepts s’appliqueront d’abord à l’ordinateur, puis nous concentrer sur ceux qui présentent les meilleures possibilités et les plus prometteuses pour cet emplacement.

Nous utilisons couramment quatre types d’outils de simulation pour la planification du SLR :

La modélisation de la consommation d’énergie et de la puissance de traction pour les trains légers nous aide à comprendre les meilleurs endroits pour les sous-stations d’alimentation, comment réduire la consommation d’énergie et comment l’alignement influe sur la consommation d’énergie.

La modélisation de l’accès aux rues et intersections nous permet de voir le fonctionnement des intersections parallèlement à l’introduction du transport collectif et aux répercussions subséquentes sur les niveaux de service.

La modélisation de la performance opérationnelle et les analyses du temps de fonctionnement des véhicules légers sur rail permettent de prévoir la fréquence et la proximité des trains.

L’analyse du mouvement des piétons nous permet de mieux comprendre la façon dont les gens interagissent avec les stations à des endroits particuliers le long des corridors de transport en commun et aux intersections.

Nos équipes ont franchi une étape supplémentaire avec ces technologies. Elles ont créé un outil logiciel qui relie de façon dynamique les extrants et les intrants de tous ces ensembles de simulation. Maintenant, nous pouvons obtenir une image plus détaillée et précise d’un scénario de transport en commun complet et voir les résultats de chaque modèle changer de façon dynamique à mesure que toute variable de modèle est modifiée.

Par exemple, nous pouvons observer la relation entre un véhicule léger sur rail qui traverse un pâté de maisons et une intersection, et les feux de circulation, les feux de transport et les déplacements de piétons qui se produisent simultanément. Comprendre la façon dont chaque élément influe sur tous les autres éléments nous permet d’optimiser nos stratégies pour obtenir les solutions les plus efficaces.

Nous avons déjà prouvé l’efficacité de cet outil dans le cadre d’un projet en cours avec la Ville de Calgary, dans l’Ouest du Canada. Ce projet a démontré que l’utilisation de la technologie intelligente est l’une des clés les plus importantes d’une planification adéquate du transport collectif.

Nous commençons à constater que le soutien du public s’oriente vers les solutions technologiques intelligentes et qu’une nouvelle génération de citadins accorde la priorité à un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle. Nous observons un désir plus fort de compter sur le transport collectif pour vivre, travailler et se divertir dans le même secteur, plutôt que de rester coincé dans la circulation trois heures par jour.

Aujourd’hui plus que jamais, les gens cherchent à obtenir des solutions technologiques intelligentes, ainsi que l’appui du gouvernement et de l’industrie. Oui, l’investissement nécessaire à la création d’un bon transport en commun est important, mais la preuve de son rendement positif est incontestable. C’est la meilleure solution pour l’avenir de notre environnement, de notre économie et de notre qualité de vie globale. Il est temps de commencer à transformer nos réseaux de transport en actifs axés sur l’avenir qui rendent les villes plus accueillantes, fonctionnelles, agréables et performantes pour tous.