Des voitures autonomes et le retour du progrès automobile

Par David Van Rensburg | 9 juillet 2018

En tant qu’espèce, les humains sont naturellement avides de progrès. En effet, nous cherchons constamment à améliorer et à perfectionner notre environnement, qu’il s’agisse de la façon de cultiver les aliments que nous mangeons ou de simplifier la façon dont nous communiquons entre nous.

Au cours du dernier siècle, presque tous les aspects de la vie humaine ont été modernisés, à un point tel qu’ils sont devenus méconnaissables. La voiture fait cependant exception à cette règle. En 1908, lorsque Ford a présenté le modèle T au public, l’automobile est devenue le nec plus ultra du transport, rendant les cheveux presque obsolètes pour se rendre d’un point A à un point B.

Depuis l’arrivée de l’automobile, les prédictions sur son avenir se multiplient. Y allant d’idées conservatrices ou plus excentriques, les gens se sont mis à rêver à la prochaine étape. Dès 1917, Glenn Curtiss a commencé à tester un prototype de voiture volante. D’ailleurs, en 1902, six ans avant le dévoilement du modèle T, Thomas Edison avait prédit que les voitures à essence seraient bientôt mises de côté au profit des voitures électriques.

En 1974, des collégiens de l’Ohio prédisaient qu’en 2000, nous conduirions des voitures qui volent ou fonctionnent entièrement à l’énergie solaire.

Pourtant, au cours des 110 années qui ont suivi l’arrivée du modèle T, les voitures ont relativement peu changé. Les véhicules d’aujourd’hui possèdent encore un moteur (à essence, dans la plupart des cas), quatre roues et, surtout, un conducteur. Même si d’autres technologies comme le téléphone ont connu des changements importants (n’oublions pas que nous sommes passés du téléphone fixé à un mur à un appareil portatif donnant accès à toutes les connaissances), la voiture n’a pas encore subi de changement fondamental. Or, plus d’un siècle après sa création, l’industrie automobile est sur le point de connaître une première transformation majeure : la voiture autonome.

Dernièrement, ce type de véhicule a fait l’objet d’une couverture importante. La course disputée entre les gros joueurs technologiques qui veulent se démarquer dans cette sphère a néanmoins eu des conséquences tragiques. Ces incidents récents ont clairement montré que, à l’instar de la transition des chevaux aux voitures, la transition des véhicules conduits par des humains aux véhicules autonomes ne se fera pas sans heurts.

L’arrivée des véhicules autonomes sur les routes et les autoroutes met en lumière l’incidence que cette technologie aura d’un point de vue sociétal et logistique. Des recherches et des essais exhaustifs ont été réalisés, en Floride, par exemple, et révèlent que les effets potentiels sont importants. Les chercheurs ont en effet conclu que la multiplication des voitures autonomes pourrait avoir des répercussions sur la structure et l’aménagement des grandes villes. Lorsque les voitures autonomes deviendront la norme (car c’est une certitude) et qu’elles s’échangeront constamment de l’information, les routes seront beaucoup plus sécuritaires et les voitures devront garder une distance beaucoup moins grande entre elles pour se rendre à leur destination en toute sécurité.

Il sera alors possible de réaménager les routes et de concevoir des voies plus étroites afin que plus de voitures puissent circuler en même temps. Les véhicules autonomes permettront également de libérer de l’espace immobilier utile, car il ne sera plus nécessaire d’avoir des stationnements au centre-ville. Les véhicules autonomes déposeront leur propriétaire au centre-ville et retourneront ensuite au domicile de ce dernier ou dans un stationnement excentré. Ainsi, ces espaces auparavant utilisés pour les stationnements et leurs structures pourront être investis autrement.

Ces véhicules sont également dotés d’applications permettant aux entreprises de réaliser des économies, particulièrement en ce qui a trait aux frais portuaires et d’expédition. C’est là une excellente nouvelle pour bon nombre de nos clients, dont l’Autorité portuaire de New York et du New Jersey. À l’heure actuelle, les automobiles expédiées depuis l’étranger arrivent dans les ports, et de nombreuses personnes sont requises pour les conduire vers un grand terrain situé à l’intérieur des limites de la propriété du port. Avec les véhicules autonomes, non seulement les conducteurs ne seront plus nécessaires, mais les voitures pourront se rendre toutes seules dans différents lieux à l’extérieur du port, par exemple un stationnement dans un secteur moins densément peuplé. Ainsi, le port pourrait décider d’accorder plus d’espace à ses opérations portuaires ou de vendre ce terrain d’une grande valeur afin de réaliser des économies importantes.

Hatch, en tant qu’entreprise créatrice et novatrice sur le plan des infrastructures, a déjà commencé à se préparer à l’incidence qu’auront les véhicules autonomes. On parle de répercussions vastes, qui toucheront tous les aspects de la vie telle que nous la connaissons, et nous nous préparons aux changements qui marqueront cette prochaine avancée.